L'ARTHROSCOPIE
 
L'arthroscopie est une technique chirurgicale permettant d'explorer les articulations (genou, épaule, cheville, hanche, poignet) avec une caméra. La vision est souvent meilleure que lors de la chirurgie dite "à ciel ouvert" (quand on ouvre l'articulation). Cela permet également de réaliser des opérations sans ouvrir l'articulation ce qui permet une meilleure récupération post opératoire.
 
 
LES PROTHESES

Une prothèse est un implant permettant de remplacer une articulation présentant le plus souvent de l'arthrose. Il s'agit dans la majorité des cas de pièces métalliques intégrées dans l'os mimant l'articulation avec une interface en "plastique" (polyéthylène). Elles suppriment les douleurs liées à l'arthrose et permettent de récupérer les amplitudes articulaires que l'on a perdu au fil du temps avec l'arthrose

 

 

LA TRAUMATOLOGIE

La chirurgie orthopédique regroupe également en son sein la "traumatologie". Celle-ci concernent toutes les fractures des membres (poignet, bras, cuisse, jambe, main, pied...) et du rachis ("colonne vertébrale"). Lorsqu'un patient vient aux urgences pour une fracture si celle-ci n'est pas grave (selon des critères médicaux) elle peut être traitée par immobilisation seule. Nous parlons alors de "traitement orthopédique" (voir rubrique Immobilisations ci après).

Si la fracture est déplacée ou "ouverte" ou instable celle-ci nécessite un traitement chirurgical. Le chirurgien orthopédiste va alors réaliser au bloc opératoire une "ostéosynthèse" (stabilisation de l'os). Elle est réalisée au moyen de plaque ou vis ou clou (tiges en métal dans l'os), sous anesthésie. Il y a presque toujours dans les suites suites opératoires la nécessité de mettre une immobilisation (plâtre ou attelle).

Il faut attendre la consolidation de l'os pour pouvoir remarcher ou se servir de son bras. Cette période varie en fonction de l'os atteint et de la fracture. Elle est généralement de 1 à 2 mois. Il faut ensuite récupérer et faire de la rééducation (voir rubrique rééducation ci après.) 

 

 

LA REEDUCATION

La rééducation est primordiale en chirurgie orthopédique. Elle ne se fait pas seulement après la chirurgie mais également avant l'opération. Celle-ci est effectuée avec un Kinésithérapeute diplômé d'Etat. Elle nécessite l'entière participation du patient pour être efficace. Votre chirurgien vous donne une ordonnace et le kiné va appliquer un protocole défini en fonction de la pathologie traitée. Les délais de rééducation sont variables d'une pathologie à l'autre et d'un patient à l'autre. Il est difficile d'estimer la durée de rééducation post opératoire ou post fracture. 

 

 

 

LES RISQUES

Toute chirurgie présente des risques et des complications. Comme dans beaucoup de domaines le "risque zéro" n'existe pas. Toutes les procédures strictes appliquées au bloc opératoire sont là pour faire diminuer ce risque et s'approcher de zéro. Malgré cela des complications peuvent survenir, indépendamment du patient ou de l'équipe chirurgicale. Cela s'appelle "l'aléa thérapeutique". En médecine et en chirurgie nous sommes habitués à gérer les risques et les complications qui peuvent survenir. Nous avons des solutions thérapeutiques à chaque situation. L'important est de bien prendre en charge la complication qui peut survenir. 

Avant une intervention le chirurgien vous parle des risques et complications de celle-ci. Il ne peut évidemment faire une liste exhaustive mais vous parle des complications les plus fréquentes. Certains patients veulent tout savoir, d'autre un peu moins. Votre chirurgien s'adapte à chacun. Il ne faut pas hésiter à poser des questions après la consultation si des choses n'ont pas été comprises. Aucune question ne doit rester en suspens avant une intervention. 

En chirurgie orthopédique voici les principales complications qui peuvent survenir : les infections (notamment sur prothèse), les hématomes, les luxations ("déboitement") de prothèse, les lésions des nerfs ou des vaisseaux, les raideurs articulaires (capsulite, algodystrophie), les déplacements de fracture ("déplacemements secondaires"), les risques de l'anesthésie. 

 

 

LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES

Votre médecin traitant, votre rhumatologe ou votre chirurgien, en vous examinant se fait une idée de la pathologie qui vous concerne. Pour affiner son diagnotic il a à sa disposition des examens complémentaires. En chirurgie orthopédique les radiographies ("radios") standards sont très utiles. Souvent il est nécessaire de recourir à des examens plus précis. C'est ce l'on appelle des imageries "en coupe" : le scanner et l'IRM. Pour mieux visualiser une articulation le radiologue injecte parfois un liquide dans celle-ci (produit de contraste) avant le scanner : c'est donc un "arthroscanner".

 

 

LES IMMOBILISATIONS

Rubrique en cours de rédaction

 

 

LES BONS DE TRANSPORT

La prise en charge par la sécurité sociale du transport du patient est soumise à la prescription de "bons de transport". Ceux ci ne sont pas systématiques et sont régis par des règles de prescription très strictes. Vous pouvez visualiser ces règles de prescription sur le site ameli.fr. 

 

 

L'ARRET DE TRAVAIL

Après une chirurgie ou après une fracture le patient est souvent dans l'impossibilité de travailler. La durée d'arrêt de travail est fonction du type d'intervention ou fracture et surtout du type de travail (manuel, debout, assis derrière un bureau). Votre chirurgien vous indiquera des durée d'arrêt de travail moyennes, qui peuvent varier d'un patient à l'autre en fonction de l'évolution de la rééducation.

INFORMATIONS

VOUS TROUVEREZ CI DESSOUS QUELQUES INFORMATIONS GENERALES CONCERNANT LA CHIRURGIE.
N'HESITEZ PAS A CONSULTER PLUSIEURS FOIS CES ITEMS, ET SURTOUT A POSER VOS QUESTIONS EN CONSULTATION.

 

INFORMATIONS

 

TEL: 

Dr Jean-Baptiste MARCHAND

Chirurgie orthopédique

AVERTISSEMENT
 

Ce site internet est un site d'information médicale dédié aux patients et aux correspondants professionnels de santé du Dr Jean-Baptiste MARCHAND, chirurgien orthopédiste et traumatologue excerçant à la Clinique Chirurgicale Porte Océane des Sables d'Olonne.

Il a pour objectif de faciliter la relation médecin-patient.

 

Vous trouverez la politique éditoriale de ce site en cliquant sur ce lien.